Karl Rettino-Parazelli – Avec La Presse canadienne / Le Devoir :

Après des mois de retard sur l’échéancier prévu et en dépit des cours du fer qui demeurent au plancher, le gouvernement du Québec a finalement annoncé mardi une contribution financière de 175 millions dans le projet de Tata Steel Minerals Canada (TSMC) à Schefferville. Un risque calculé, juge un analyste. Québec accorde un prêt de 50 millions à TSMC, par l’entremise d’Investissement Québec, et prend une participation de 125 millions, par l’entremise du Fonds Capital Mines Hydrocarbures, afin de soutenir le projet de mine de fer à enfournement direct (projet DSO), dont la valeur est estimée à 1,5 milliard. (…)

Dans ce contexte, comment justifier une contribution financière du gouvernement ? Selon Anand Beejan, associé au cabinet de services-conseils MNP et spécialiste du secteur minier, « un projet minier est généralement très risqué, mais tout dépend de la phase dans laquelle on arrive ». En intervenant à l’aube de la phase d’exploitation, le gouvernement s’expose à un risque beaucoup plus faible que s’il s’était mouillé au moment de l’exploration, résume-t-il. « Le gouvernement prend un risque, mais trouver un projet 100 % sûr, c’est pratiquement impossible. […] Je pense que la contribution financière du gouvernement est une bonne façon de stimuler l’économie de la Côte-Nord et de remettre en marche le port de Sept-Îles. »

Lire sur Le Devoir

Le gouvernement PLQ investit 175 M$ dans un projet de mine de fer à Schefferville

ICI Radio-Canada :

Le projet de mine de fer à enfournement direct est évalué à 1,5 milliard de dollars et devrait créer de 450 à 550 emplois d’ici 2020. De passage à Sept-Îles, la vice-première ministre, Lise Thériault, et le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, ont confirmé le soutien du projet de Tata Steel, dont le montant était inconnu jusqu’à présent. En janvier, le premier ministre Philippe Couillard avait signé une entente de principe avec le groupe Tata Steel, en Suisse, en marge du Forum économique de Davos.

Lire sur ICI Radio-Canada

Ajout : 

Des experts voient d’un bon oeil le projet de la minière Tata Steel