Alexandre Shields / Le Devoir :

Dix ans après que le gouvernement libéral eut promis d’agrandir le parc national des Îles-de-Boucherville, Québec n’est toujours pas en mesure d’aller de l’avant et d’y intégrer un terrain racheté au coût de 15 millions de dollars à un promoteur immobilier, a appris Le Devoir.

La saga de l’agrandissement de ce parc national situé aux portes de Montréal remonte à 2007. À l’époque, un homme d’affaires avait déboursé six millions de dollars pour acheter un terrain de 20 hectares sur l’île Charron dans le but d’y développer un imposant projet immobilier de plus de 2000 logements.

Confronté à un tollé parce que ce projet aurait été construit sur un terrain boisé situé à la limite du parc national des Îles-de-Boucherville, le gouvernement libéral de Jean Charest avait finalement décidé d’imposer une mise en réserve. L’objectif était alors de négocier le rachat du terrain, dans le but de l’ajouter à la superficie de l’actuel parc.

La transaction a finalement été conclue à l’automne 2011. Québec a alors déboursé 15 millions de dollars pour acquérir le terrain, soit 9 millions de plus que le prix payé en 2007 par l’homme d’affaires Luc Poirier.

Lire sur Le Devoir