AFP :

Des coquillages asséchés qui émergent du sol craquelé par le soleil : c’est tout ce qui reste de la lagune d’Atescatempa au Guatemala, autrefois vaste plan d’eau turquoise, victime du changement climatique.

La vague de chaleur qui a frappé cette région d’Amérique centrale en 2016 et les faibles précipitations, qui empêchent deux rivières de l’alimenter, ont eu raison de ce lac de 5,5 kilomètres carrés, jadis destination touristique du sud-est du pays, affectant la vie des habitants de la zone.

« Nous n’avons plus de rentrées d’argent, ni où travailler, notre espoir pour manger du poisson et entretenir la famille, c’était la lagune », confie Juan Guerra, 56 ans, qui a toujours vécu sur ces rives, désormais parsemées d’embarcations à l’abandon.

Lire sur Le Devoir