Valérie Gaudreau / Le Soleil :

(Québec) Huit organismes citoyens et environnementaux font une sortie en règle contre un troisième lien entre Québec et Lévis. Un tel projet est trop cher et pas assez vert aux yeux du regroupement qui appuie ainsi le maire Régis Labeaume, qui a qualifié les promesses sur un éventuel tunnel sous le fleuve de «piège à cons». Le constat de cette coalition pilotée par Accès transports viables est sans équivoque : un troisième lien «favoriserait l’étalement urbain et entraînerait une hausse des émissions de gaz à effet de serre», peut-on lire dans un communiqué publié mercredi matin et signé conjointement par Accès transports viables,  le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, Équiterre, le bureau de Québec de la Fondation David Suzuki, Nature Québec, TRANSIT – l’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, Transport 2000 Québec et Vivre en Ville. Aux yeux de cette coalition, un troisième lien est un «scénario contraire à toutes les orientations prises en matière de développement, d’environnement et de mobilité par les différents paliers de gouvernement au cours des dernières années». Pour ces organismes, le choix pour améliorer la fluidité du transport entre Québec et Lévis est et doit demeurer le Service rapide par bus (SRB).

Lire sur Le Soleil

«Trop cher» en plus de favoriser l’étalement urbain

Jean-Luc Lavallée / Le Journal de Québec :

Un tel projet coûterait «trop cher» et «favoriserait l’étalement urbain» en plus d’entraîner une hausse des émissions de gaz à effet de serre, martèlent-ils en chœur dans un communiqué envoyé aux médias. Cela irait, du coup, à l’encontre de «toutes les orientations prises en matière de développement, d’environnement de mobilité par les différents paliers de gouvernement», ajoutent-ils. «Ce projet est mauvais pour l’environnement, mauvais pour l’économie, mauvais pour la population. Nous ne sommes plus en 1968 : aujourd’hui, l’état des connaissances démontre que la mobilité des personnes et des marchandises passe par d’autres moyens», a martelé Alexandre Turgeon, dg du Conseil régional de l’environnement, prônant l’amélioration du transport collectif entre les deux rives.

Lire sur Le Journal de Québec