Alexandre Shields / Le Devoir :

Hydro-Québec entend privilégier l’idée de compenser le milieu naturel touché par son projet de ligne d’exportation vers le New Hampshire. C’est du moins ce qu’a laissé entendre mardi le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

Selon lui, l’enfouissement de la ligne réclamé par les écologistes aurait des impacts sur la forêt Hereford.

Interpellé par le Parti québécois au cours de la période des questions de l’Assemblée nationale, le ministre a dit qu’Hydro-Québec souhaiterait « contribuer financièrement » à l’agrandissement de la forêt Hereford.

Son attachée de presse, Véronique Normandin, a par la suite confirmé au Devoir que le ministre Arcand faisait référence à une éventuelle « compensation ».

Une telle option signifierait que la société d’État contribuerait à l’achat de terrains qui seraient par la suite protégés, et ce, dans le but de compenser la perte provoquée par le passage de la future ligne destinée à exporter de l’électricité vers les États-Unis.

Lire sur Le Devoir

Le Journal de Québec : La colère monte contre un projet d’Hydro aux États-Unis