Hugo Joncas / Le Journal de Montréal :

Les réservoirs d’Hydro-Québec sont pleins à craquer dans le Nord du Québec. La société d’État a plus d’énergie à vendre que jamais, mais manque de clients pour écouler ses surplus. Une source ayant survolé le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et le Lac-Saint-Jean a noté un niveau d’eau jamais vu dans les réservoirs Caniapiscau, Manicouagan, Manouane et Péribonka, qui alimentent les plus grandes centrales électriques de la province. Dans un document déposé à la Régie de l’énergie en mai, Hydro-Québec prévoit atteindre en août le cap des 130 milliards de kWh stockés derrière ses barrages, un record absolu. Pour novembre, avant les grands froids de l’hiver, la société d’État table même sur une réserve de 142 milliards de kWh. «Hydro-Québec se trouve dans une situation très confortable en termes de stockage d’eau», confirme Marie-Élaine Deveault, porte-parole. Bref, les pénuries d’eau de 1999 et 2004 sont chose du passé. (…)

Pour Jean-Thomas Bernard, économiste de l’énergie à l’Université d’Ottawa, la société d’État doit arrêter de construire des centrales. «Ce n’est pas rentable, dit-il. On se retrouve avec des surplus qu’on risque de devoir exporter à perte!» Hydro-Québec minimise le problème. «Les surplus sont stockés dans les réservoirs qui offrent une grande flexibilité. Hydro-Québec peut donc profiter des meilleurs prix de marchés d’exportation.»

Lire sur Le Journal de Montréal

Niveau record de stocks énergétiques pour Hydro-Québec

ICI Radio-Canada :

Lire sur ICI Radio-Canada