Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) La Ville de Lévis ratisse large, mais n’abîmera pas sa calculatrice avec son étude sur un éventuel troisième lien routier Québec-Lévis. Les consultants retenus doivent évaluer les impacts économiques pour la région de Chaudière-Appalaches, mais aussi pour l’est du Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et même les provinces maritimes. L’analyse sera d’abord qualitative et «si possible, également quantitative».

Les impacts économiques d’un «bouclage routier inter-rives» pour «l’est du Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord de même que les provinces maritimes» constituent le troisième volet de l’étude commandée par la Table régionale des élus municipaux de la région de Chaudière-Appalaches et dirigée par la Ville de Lévis. Les deux premiers volets concernent justement Chaudière-Appalaches et Lévis.

Cette grande portée géographique est justifiée par le désir de bien documenter les effets réels de la congestion et les bienfaits anticipés d’un nouveau pont ou tunnel, explique Philippe Meurant, directeur du développement économique et de la promotion de la Ville de Lévis.

Lire sur Le Soleil