Le Devoir :

Des initiatives anti-gaspillage
Julie consulte régulièrement sur son cellulaire une application lui permettant de trouver des produits alimentaires vendus au rabais dans les commerces de son quartier. Claude achète toutes les deux semaines un panier local composé de légumes moches et de fromage croche. Isabelle dépose ses surplus de pommes dans un café voisin. Ces trois services québécois visent la même chose : contrer le gaspillage alimentaire.

Quand célébration rime avec action
Poser des gestes concrets — aussi minimes soient-ils —, tel est le maître mot du 22 avril déclaré Jour de la Terre depuis 1970. Un événement rassembleur qui garde tout son sens après 21 ans d’existence au Québec, car si le dynamisme et les pratiques existent bel et bien, sur le terrain, la situation se détériore encore en environnement.

Des citoyens de plus en plus mobilisés
Des voisins verdissant leur ruelle à Montréal jusqu’aux comités de citoyens contestant les projets liés aux hydrocarbures en Gaspésie, la mobilisation autour des enjeux environnementaux se manifeste de plus en plus à l’échelle locale. Instantané d’un engagement citoyen dont le visage s’est transformé au Québec.

En quête d’une transition énergétique «juste» pour les travailleurs
Il est difficile pour l’instant de mesurer quels seront les impacts réels de la transition énergétique de l’économie sur le développement économique et sur la création d’emplois. Greenpeace évalue tout de même que l’abandon des énergies fossiles serait susceptible de générer des millions de nouveaux emplois. De son côté, le monde syndical presse les gouvernements d’envisager sérieusement les effets que produira ce virage majeur sur le marché du travail et de prendre les mesures pour les atténuer, ce qui demeure lettre morte pour le moment.

Une oasis de nature sauvage en ville
Loin du parc traditionnel, le Champ des possibles est un terrain vacant où la nature a repris ses droits. Très attachés à ce lieu unique, les habitants du Mile-End défendent sa conservation bec et ongles depuis plusieurs années et, dans cette lutte, ont réussi à obtenir l’appui des élus.

Célébrer la Terre, l’année durant
Depuis plus de 20 ans, le réseau des établissements verts Brundtland de la Centrale des syndicats du Québec (EVB-CSQ) s’efforce de promouvoir les comportements écoresponsables. Cette année, il joint sa voix à celle du Jour de la Terre pour mieux faire connaître ses programmes éducatifs en milieu scolaire et stimuler l’engagement des Québécois. Portrait d’un regroupement qui a à coeur le développement durable.

Les étudiants à la pointe du changement en environnement
À l’Université de Sherbrooke, les étudiants ont à coeur de défendre l’environnement. Rencontre avec trois étudiantes qui, sur le campus ou dans leur communauté, s’impliquent pour trouver des solutions et tenter d’apporter des changements.

Une institution financière vouée au développement durable
Depuis sa création il y a 20 ans, Fondaction, le fonds de travailleurs affilié à la CSN, a placé le développement durable au coeur de sa culture d’entreprise. Et aujourd’hui, cette institution financière est encore plus engagée en développement durable qu’elle ne l’a jamais été.

L’UPA sollicite la participation de ses membres
Les membres de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Ceinture verte du Grand Montréal sont incités à passer à la pépinière pour prendre part à l’engagement de planter 100 000 arbres en milieu agricole d’ici 2017. Cela correspond à plus du quart du grand objectif de 375 000 arbres établi par le Jour de la Terre Québec. Cette initiative permettra d’augmenter de 3 % le couvert végétal et forestier sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).