ICI Radio-Canada :

(…) Sur le plan environnemental, le NPD dénonce que les projets environnementaux et énergétiques ne soient pas passés au crible en vertu d’un programme d’analyse entièrement renouvelé, comme l’avait promis Justin Trudeau. Et Thomas Mulcair fustige Justin Trudeau pour avoir repris « le plan, l’échéancier et les cibles » qu’avait établis son prédécesseur, le conservateur Stephen Harper.

Je ne crois pas que les Canadiens qui ont voté pour Justin Trudeau en 2015 s’attendaient au plan de Stephen Harper sur les gaz à effet de serre.
Thomas Mulcair, chef sortant du NPD

Le Québec désavantagé, selon le Bloc québécois

Le Bloc québécois considère aussi que la confiance des Canadiens envers Justin Trudeau « commence à s’effriter ».

Les Québécois, disent les députés du Bloc québécois, constatent que le gouvernement libéral accordera une garantie d’emprunt supplémentaire de 2,9 milliards de dollars pour le projet de centrale hydroélectrique de Muskrat Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador.

« Terre-Neuve veut entrer en concurrence avec le Québec sur le marché énergétique, mais avec l’argent des Québécois qu’on envoie à Ottawa », décrie Rhéal Fortin.

M. Fortin dénonce qu’Ottawa n’ait toujours pas aidé Bombardier et qu’il n’offre aucun plan d’aide sérieux aux producteurs laitiers qui verront entrer des milliers de tonnes de fromages fins européens lors de l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE). En novembre dernier, l’octroi de 350 millions de dollars annoncé par le gouvernement canadien à ces producteurs a été qualifié de « très décevant » par le président de la Fédération des producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre.

Lire sur ICI Radio-Canada

NPD et Bloc accusent Trudeau de négliger le Québec

Marie Vastel / Le Devoir :

(…) Pire encore, quand Justin Trudeau a pris des décisions, celles-ci se sont faites au détriment du Québec, de l’avis du chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin. Comme l’octroi d’une seconde garantie de prêt au projet Muskrat Falls, qui a privilégié Terre-Neuve plutôt que la Belle Province. Dans le dossier du bois d’oeuvre, M. Fortin s’inquiète en outre de voir la Colombie-Britannique passer devant le Québec, ou encore l’Alberta être favorisée à l’issue de l’étude du projet d’oléoduc Énergie Est.

« M. Trudeau a été élu pour gouverner l’ensemble du Canada. […] Il a des comptes à rendre partout au Canada et le calcul qu’il fait, c’est que le Québec peut attendre son tour. […] Et la problématique qu’il vit depuis un an, il va continuer de la vivre pendant les trois prochaines années », a prédit M. Fortin, qui estime que les Québécois déçus se tourneront vers sa formation puisqu’elle seule siège à Ottawa « seulement pour le Québec ».

Lire sur Le Devoir