Agence QMI :

L’entreprise américaine Koch Industries a jeté l’éponge sur un projet visant à extraire du pétrole des sables bitumineux de la région de Muskwa, en Alberta, a rapporté le «Globe and Mail».

L’entreprise a justifié sa décision en invoquant les incertitudes économiques et les politiques de protection du climat en vigueur dans la province de l’ouest. Le coût du projet était évalué à 800 millions $.

Sans être pointée précisément, l’entente signée le mois dernier entre le gouvernement de Justin Trudeau et les provinces prévoyant l’introduction d’une taxe sur le carbone pancanadienne pourrait avoir joué un rôle dans cette décision. (…)

Le coût élevé de l’extraction du pétrole en Alberta, couplé au faible prix du baril de pétrole qui se maintient autour de 50 $ le baril, pourraient expliquer ces désistements.

Lire sur Le TVA Nouvelles

Une pétrolière invoque les politiques du NPD pour se retirer d’un projet

Nicolas Pelletier :

Koch Oil Sands demande l’annulation du permis pour le projet Muskwa d’exploitation de bitume dans le centre-nord de l’Alberta. La pétrolière invoque l’incertitude économique et réglementaire qui règne dans la province.

Dans une lettre adressée à l’Agence de réglementation de l’énergie, Koch Oil Sands estime que la taxe carbone et les plafonds d’émissions de gaz à effets de serre imposés par le gouvernement néodémocrate ne feront qu’empirer la situation.

« Les risques économiques à long terme du projet sont alourdis par l’incertitude économique entourant les politiques climatiques [du gouvernement de l’Alberta] et leurs conséquences potentielles sur le projet, depuis la taxe carbone jusqu’aux plafonds d’émissions de gaz à effets de serre », explique la direction de l’entreprise. (…)

La ministre de l’Environnement de l’Alberta, Shannon Phillips, croit que ce sont moins les politiques énergétiques de son ministère que la conjoncture économique qui motive la décision de Koch.

Shannon Phillips souligne que d’autres pétrolières ont plutôt annoncé des investissements pour 2017.

Selon la ministre, la taxe carbone ne coûtera que 20 cent du baril aux pétrolières comme Koch, un coût qu’elle juge marginal. À la mi-décembre, le baril de pétrole canadien vallait un peu moins de 40 dollars américains.

Lire sur ICI Radio-Canada