Thomas Deshaies / L’Écho Abitibien :

L’entreprise d’exploration minière Copper One entame des procédures judiciaires devant la Cour supérieure pour forcer le ministère des Forêts à délivrer un permis d’intervention en forêt, ce qui lui permettrait de débuter les activités de forage sur le territoire de la Nation algonquine du Lac Barrière, dans la réserve faunique La Vérendrye.

Copper One avait vivement réagi le 27 janvier à l’intention du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) de suspendre la période de validité des claims qu’elle possède sur le territoire du Lac Barrière. «Une telle suspension n’a aucunement été requise par Copper One, cause préjudice à cette dernière, et elle s’y oppose vigoureusement», mentionne l’entreprise par voie de communiqué.

«Le possible blocage des opérations nous a amenés à prendre cette décision», avait alors expliqué Sylvain Carrier, porte-parole du ministère de l’Énergie.

Lire sur L’Écho Abitibien

La Presse : Copper One poursuit le gouvernement du Québec

Communiqué : Copper One répond au MERN et entame des procédures en mandamus devant la cour supérieure auprès du MFFP

Ajout :

L’Association de l’exploration minière du Québec suit de près le dossier de Copper One

L’Association de l’exploration minière du Québec compte suivre de près les développements dans le dossier de la minière Copper One. Jeudi, la compagnie annonçait vouloir faire appel de la décision du gouvernement du Québec de suspendre ses claims d’exploration dans le lac Barrière.

Le 26 janvier dernier, les Algonquins de Lac Barrière dénonçaient le gouvernement du Québec qui, selon eux, ne les a pas consultés quand il a décidé d’accorder à nouveau des titres miniers à l’entreprise Copper One.

Le président-directeur général de Cooper One, Scott Moore, affirme qu’il y aura des impacts économiques à la suspension de ses claims miniers. Les gens de la compagnie qui vivent à Val-d’Or pourraient perdre leurs emplois et les sous-traitants seront aussi touchés.

La directrice générale de l’Association de l’exploration minière du Québec, Valérie Fillion, croit, en effet, que les impacts sont importants pour les compagnies d’exploration lorsque de telles situations se produisent.

Lire sur ICI Radio-Canada