Valérie Gaudreau / Le Soleil :

(Québec) Les chercheurs se ruent littéralement sur le lac Saint-Charles. Cette source d’eau potable pour les citoyens de Québec est devenue un véritable laboratoire à ciel ouvert avec plus d’une quinzaine de projets de recherche en cours ou à venir. «Il n’y a aucun autre lac autant étudié au Québec», lance Mélanie Deslongchamps, directrice générale de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (APEL). Elle attribue cet intérêt des biologistes, des experts en science de l’eau ou en environnement à la particularité du lac Saint-Charles comme source d’eau potable pour 400 000 citoyens. Nulle part ailleurs dans la province autant de gens s’abreuvent à même un lac, de surcroît d’une superficie relativement modeste, dit-elle.

Lire sur Le Soleil