Alexandre Shields / Le Devoir :

Nouvelle preuve de l’ampleur de la crise climatique mondiale. Des données publiées par le service national britannique de météorologie indiquent que la concentration de dioxyde de carbone franchira un seuil dangereux cette année, tout en poursuivant sa croissance marquée. Tout cela dans un contexte où la planète bat de nouveaux records de chaleur. Le Met Office (le service national britannique de météorologie) évalue ainsi que la concentration de CO2 dépassera durablement les 400 parties par million (ppm). Et selon le professeur Richard Betts, qui a dirigé l’étude scientifique britannique, « même si l’humanité parvient à réduire ses émissions de gaz à effet de serre », les citoyens qui vivent aujourd’hui ne vivront pas assez longtemps pour voir la concentration de CO2 revenir sous la barre des 400 ppm.

Lire sur Le Devoir