Léo-Paul Lauzon / Le Journal de Montréal :

Philippe Couillard et l’environnement

Bon, vous conviendrez avec moi que le gouvernement libéral du Québec est strictement à l’écoute et au service du patronat, des nantis et leurs milliers de lobbyistes qui rencontrent quotidiennement les ténors du PLQ. Démocratie larvée vous dites et vous avez entièrement raison. (…)

Extinction des bélugas ou pas, voilà-tu pas que le courageux Couillard revient à la charge en 2016 malgré l’interdiction du fédéral: «Québec veut développer le port de Cacouna. La zone qui abrite la pouponnière de bélugas du Saint-Laurent pourrait accueillir une zone industrialo-portuaire» (Le Devoir, 22 juin 2016). Et pas seulement à Cacouna que les bélugas vont recevoir de la visite de gros bateaux puisque Couillard en veut un aussi au Saguenay: «Québec veut développer l’activité portuaire. Un projet devrait accroître le trafic maritime marin du Saguenay-Saint-Laurent» (Le Devoir, 7 juin 2016). Comme d’habitude, les ignorants et les vendus du PLQ vont vous dire qu’ils ont pris toutes les précautions «possibles» pour protéger le béluga. Mais dans les faits, il n’en est rien. La faune et la flore ne sont pas prioritaires pour les bonzes du PLQ et les opportunistes: «Le patronat ne veut pas d’une loi sur le développement durable» et «Les coûts de l’environnemental ne doivent pas nuire à la compétitivité des entreprises» (Le Devoir, 16 août 2005 et 13 octobre 1999).

(…) l’UQAR et certains de ses professeurs et chercheurs ont résisté à la tentation de se faire acheter par le privé. Au nom de la population, je voudrais les remercier d’avoir dit non à l’appât du gain et d’avoir su préserver leur indépendance, ce qui n’est malheureusement pas le cas du professeur Pierre-Olivier Pineau des HEC de Montréal, que les médias aiment bien nous présenter comme un «expert» tout à fait neutre, qui lui a accepté à coups de plusieurs millions de dollars l’an de se faire financer une chaire universitaire par des grosses pétrolières: «HEC. Énergie: une chaire de recherche financée par le secteur privé» (Le Devoir, 17 décembre 2013). Ça donne alors des opinions «scientifiques» pondues par l’universitaire et chercheur Pineau des HEC et publiées dans les journaux du genre favorable au pétrole et aux pétrolières…

Lire sur Le Journal de Montréal