Jeanne Corriveau / Le Devoir :

Près du tiers des frênes des secteurs aménagés du parc Jean-Drapeau devront être abattus en raison des ravages de l’agrile

Même si près du tiers des frênes des secteurs aménagés du parc Jean-Drapeau devront être abattus en raison des ravages de l’agrile, il ne faut pas s’en inquiéter, estime Réal Ménard, responsable du dossier des grands parcs au sein de l’administration Coderre.

« Ce n’est pas de l’abattage massif. C’est de l’abattage planifié sur deux ans », a expliqué mardi M. Ménard.

Selon les données fournies par la Ville, 292 frênes seront coupés au parc Jean-Drapeau en 2016 et 2017. Mais un nombre presque égal d’arbres seront plantés pour les remplacer, soit 286, a tenu à préciser M. Ménard.

L’impact sur le paysage sera minime car les espaces aménagés du parc Jean-Drapeau, qui comprend les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, comptent 1000 frênes, a-t-il dit : « Ce n’est pas l’essence dominante. »

Dans le parc du Mont-Royal, 61 frênes devront être abattus. M. Ménard n’a pas été en mesure de fournir de faire le portrait de la situation pour l’ensemble du territoire montréalais, mais il soutient que le bilan qui sera présenté le mois prochain sera encourageant.

Lire sur Le Devoir

L’abattage d’arbres ravagés par l’agrile du frêne se poursuit à Montréal

Marc-Antoine Ménard / ICI Radio-Canada :

L’agrile du frêne, un insecte coléoptère originaire d’Asie qui a tué des centaines de millions d’arbres en Amérique du Nord, poursuit ses ravages à Montréal, mais l’administration du maire Denis Coderre affirme que ses efforts pour le contrer donnent des résultats.

Le conseil d’arrondissement de Ville-Marie a autorisé mardi soir l’abattage de 171 frênes dans un secteur patrimonial du parc Jean-Drapeau comprenant l’ancien parc Hélène-de-Champlain, sur l’île Sainte-Hélène. Cela s’ajoute à un plan d’abattage de 146 arbres déjà prévu sur l’île Notre-Dame voisine.

Le responsable de l’environnement et des grands parcs au comité exécutif de la Ville de Montréal, Réal Ménard, affirme qu’au parc Jean-Drapeau seulement, environ 300 frênes auront été abattus en 2016 et 2017, mais que la Ville en plantera un nombre équivalent sur la même période.

M. Ménard précise qu’il ne s’agit pas de l’espèce d’arbre dominante sur l’île Saint-Hélène. Sur ses surfaces aménagées, ce qui n’inclut pas les secteurs plus boisés, le parc Jean-Drapeau compterait environ 1000 frênes.

Lire sur ICI Radio-Canada