Roberto Rocha et Marie-Christine Rioux / ICI Radio-Canada :

Exclusif – Le covoiturage a des effets positifs en réduisant le nombre de voitures dans les rues. Mais sa popularité cause aussi bien des maux de tête à certains résidents, les privant d’espaces de stationnement près de chez eux. Pour ou contre les voitures en libre-service?

Les données compilées et analysées par CBC/Radio-Canada révèlent quelles sont les zones de Montréal où le service car2go est fortement utilisé et où les véhicules partagés prennent un grand nombre de places de stationnement réservées aux détenteurs de vignettes.

Certaines rues du Mile End et du quartier Milton Parc (Ghetto McGill) sont particulièrement encombrées de voitures en libre service, qui, il faut le dire, peuvent aussi être utilisées par les résidents de ces secteurs.

« Je ne vous dirai pas comment je les appelle parce que ce n’est pas gentil, […] mais parfois je les appelle les punaises de rue. Des fois, j’en ai compté 15, 16, 17 [véhicules en libre-service] », explique Noëlle Tannou, une résidente de la rue Saint-Dominique.

Lire sur ICI Radio-Canada