Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement Couillard a décidé d’imposer sa logique d’« utilisateur-payeur » aux biologistes, universitaires et organismes sans but lucratif qui demandent des permis fauniques à des fins scientifiques, éducatives ou de gestion de la faune et de ses habitats. Québec entend ainsi dicter des tarifs pour des permis jusqu’ici gratuits. Un projet présenté sans préavis et qui devrait mettre en péril des projets de recherche et de conservation, dénonce l’Association des biologistes du Québec dans une lettre obtenue par Le Devoir.

Lire sur Le Devoir