AFP :

Washington — Le réchauffement climatique pourrait s’avérer plus sévère que ce que prédisent les modèles informatiques actuels, parce qu’ils surestiment la capacité protectrice des nuages, selon une étude de deux universités américaines. Les scientifiques du Lawrence Livermore National Laboratory (Université de Californie) et de l’Université Yale (Connecticut) ont étudié un type particulier de nuages contenant à la fois de l’eau liquide et des cristaux de glace.

Lire sur Le Devoir