Stéphanie Martin / Le Journal de Québec :

Pour le maire de Québec, le SRB est au sommet des grandes priorités. Régis Labeaume en fait une affaire personnelle. Quant au troisième lien, il ne figure pas sur la liste.

«C’est pas vrai que je vais finir mon passage en politique municipale sans avoir réglé le dossier du transport collectif.»
En entrevue éditoriale, mercredi, le maire de Québec a martelé son intention d’aller de l’avant avec le service rapide par bus (SRB). «Je veux mon SRB.»

Même qu’il espère que le financement du projet sera bouclé avant le déclenchement des prochaines élections municipales. «Si (le gouvernement) paie 100 %, je vais signer demain matin. Si je ne l’ai pas réglé avant, je vais aller chercher un très gros mandat.»

Après les Fêtes, son administration se fera un devoir de réexpliquer le projet, de même que le tracé choisi, qui ne fait pas l’unanimité. «On va vous faire des dessins.» Les deux autres dossiers au sommet de la pile sont l’élargissement d’Henri-IV et de Laurentienne.

Lire sur Le Journal de Québec

SRB: tensions entre Québec et Lévis

Annie Morin, Patricia Cloutier / Le Soleil :

(…) «Il faut bien comprendre : moi, je suis prêt à signer maintenant. Il n’y a pas de référendum à Québec, on part. Moi, c’est maintenant, je ne veux pas attendre après personne, j’attendrai pas après personne», a répliqué Régis Labeaume.

Celui-ci a même confessé avoir discuté avec le premier ministre d’un montage financier pour un SRB qui serait exclusif à Québec. «J’établis mon prix pour Québec parce que sur la Rive-Sud, je ne sais pas ce qu’il veut. Moi, je l’ai fait [inclure la Rive-Sud] parce que j’avais un avantage, je voulais que tout le monde soit heureux, mais comme là, je sais plus ce qui reste sur la Rive-Sud, s’il veut avoir un référendum, je suis obligé de penser à [notre projet] parce que nous, on est prêts à aller de l’avant», a expliqué le maire de Québec.

En après-midi, Gilles Lehouillier est sorti de ses vacances pour réagir. «J’espère qu’on créera pas deux classes de citoyens et j’ai confiance que le gouvernement du Québec va travailler en ce sens-là. Écoutez, les travaux, à partir du moment où ils sont assumés à 100 %, je vois pas pourquoi ils se feraient juste à Québec», a-t-il commenté.

Bien qu’il ait émis des réserves ces dernières semaines sur un projet de SRB qui ne serait pas financé à 100 %, M. Lehouillier se réjouit aujourd’hui de la volonté du gouvernement provincial. «Nous, on trouve que c’est une bonne nouvelle, une bonne évolution de la situation.»

Lire sur Le Soleil

SRB: Labeaume ne veut rien savoir d’un référendum et il est prêt à lancer le projet sans Lévis

Jean-Luc Lavallée / Le Journal de Québec :

(…) Visiblement agacé que le maire Lehouillier envisage la tenue d’un référendum sur le SRB, Régis Labeaume a également fait des déclarations étonnantes illustrant le clivage entre les deux maires dans ce dossier. Il ne veut pas attendre après Lévis et a ventilé les coûts du projet de 1,1 milliard $ pour les deux villes, quitte à larguer la rive-sud.

«Moi, j’ai établi mon prix pour Québec parce que sur la rive-sud, je ne sais pas ce qui va se passer. Moi, je suis prêt à partir maintenant. Il n’y a pas de référendum à Québec, on part. Moi, c’est maintenant. Je n’attendrai pas après personne, c’est certain. Si je suis capable de signer tout ça vite, je signe».

Lire sur Le Journal de Québec

SRB: pas question de larguer Lévis, martèle Lehouillier

Jean-Luc Lavallée / Le Journal de Québec :

Surpris des déclarations de Régis Labeaume sur le Service rapide par bus (SRB), le maire de Lévis se demande «où est le problème» et n’a pas l’intention de laisser la Ville de Québec faire cavalier seul avec ce projet auquel il tient mordicus.

«Pensez-vous qu’à Lévis, on va rester sur la voie d’évitement si le gouvernement paie 100% du projet? C’était le nœud, c’est l’élément majeur. Si le gouvernement nous confirme 100%, quel est le problème?», a réagi Gilles Lehouillier en fin d’après-midi à l’hôtel de Ville de Lévis, se réjouissant de la volonté exprimée par le premier ministre Philippe Couillard aujourd’hui.

En matinée, Régis Labeaume s’était montré irrité par la possibilité d’un référendum auprès de la population lévisienne. Il a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’en faire autant ni d’attendre après qui que soit, quitte à démarrer le projet uniquement sur la rive-nord. Il a même scindé les coûts du projet entre les deux villes et a soumis au premier ministre Couillard son estimation des coûts pour le SRB à Québec.

Lire sur Le Journal de Québec

Couillard «intéressé» par un financement à 100% du SRB, dit Labeaume

Monica Lalancette / TC Media :

MUNICIPAL. Avec ou sans Lévis, le maire de Québec se dit prêt à démarrer le projet de service rapide par bus (SRB). Pas plus tard que mercredi matin, Régis Labeaume dit avoir eu la confirmation de l’intérêt du premier ministre Philippe Couillard pour que les coûts soient défrayés par les deux paliers de gouvernement.

«Ce matin, j’ai commencé ma journée avec le premier ministre du Québec et nous avons bien parlé de transport. Il m’autorise à vous dire qu’il est absolument intéressé à ce que le SRB se paie 100% par le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec», a déclaré Régis Labeaume en mêlée de presse à l’Hôtel de Ville.

Lire sur Le Peuple Lévis

ICI Radio-Canada : SRB : Labeaume prêt à aller de l’avant sans Lévis

Le Journal de Lévis : SRB : la participation de Lévis toujours sur les rails selon Lehouillier