Blogue de Harvey Mead :

Étonnant cet article de Gordon Laxer dans Le Devoir du 4 juin qui prône une réorientation des négociations pour une nouvelle ronde pour l’ALENA2 après les élections au Mexique et aux États-Unis. Laxer, qui connaît bien le domaine énergétique et les enjeux et qui vient de l’Alberta, y souligne l’importance de la clause «proportionnalité» dans l’accord et propose que la nouvelle entente imaginée devrait éliminer cette clause et réorienter le Canada vers l’abandon de l’exploitation des sables bitumineux; il faudrait qu’il s’approvisionne exclusivement avec de l’énergie fossile conventionnelle dont l’extraction et la production comportent moins de GES que la bitume et le pétrole et le gaz de schiste.

Laxer voit ce qu’il serait raisonnable de faire, mais ne semble pas reconnaître la profondeur des convictions de Justin Trudeau envers la croissance économique comme seul salut pour une société. Ici il rejoint l’auteur d’un autre texte sur la question, proposant un compromis en se fondant sur le jugement que «l’économie albertaine semble se débrouiller assez bien sous le statu quo» alors que la province est en plein récession depuis 2015.

Lire sur le blogue de Harbey Mead