La Presse Canadienne :

Le chef caquiste François Legault veut augmenter la capacité hydroélectrique pour faire du Québec un centre d’exportation vers des provinces canadiennes et des États de la Nouvelle-Angleterre.

M. Legault n’a pas donné de détail sur l’ampleur des budgets et le nombre d’emplois qu’il associe avec ce projet qu’il a présenté comme une «baie James du XXIe siècle».

Dans une conférence de presse concluant un congrès de deux jours de la Coalition avenir Québec (CAQ), M. Legault a dévoilé les contours de son projet, dont les détails seront connus en 2017.

«C’est grand, c’est grand, a-t-il dit. Je veux que le Québec devienne le centre, l’opérateur, le producteur d’énergie le plus important dans le nord-est de l’Amérique du Nord, a-t-il dit. C’est un projet très important avec des milliers d’emplois, des investissements importants mais je ne vous donnerai pas de chiffres aujourd’hui.»

Lire sur Le Soleil

Un grand projet énergétique signé CAQ

Robert Dutrisac / Le Devoir :

Legault prêt à mettre en jeu le contrat de Churchill Falls

Afin de réaliser un grand projet qu’il a désigné, dimanche, comme la « baie James du XXIe siècle », le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, serait prêt à mettre en jeu l’atout que représente le lucratif et litigieux contrat de Churchill Falls dans des négociations visant la conclusion d’un partenariat énergétique avec Terre-Neuve-et-Labrador.

« On a comme un as dans notre manche pour négocier », a déclaré François Legault au cours de la conférence de presse qui clôturait le congrès de CAQ. « Ça fait partie de la négociation en autant qu’on reçoive au total beaucoup plus que ce qu’on a actuellement. »

François Legault a rappelé que la validité de ce contrat, que Terre-Neuve-et Labrador a cherché à annuler, a été confirmée par les cours de justice. Signé en 1969, ce contrat assure à Hydro-Québec un approvisionnement en électricité à un coût d’un peu plus de 2,5 ¢ le kWh, soit environ trois fois moins cher que le coût associé à une centrale comme La Romaine.

« C’est béton, ça », a-t-il dit. « Ça, c’est dans nos poches et ça ne sortira pas de nos poches à moins qu’ils [les Terre-Neuviens] nous en donnent beaucoup plus. »

Lire sur Le Devoir

Legault veut une «Baie James du 21e siècle»

 Charles Lecavalier / Agence QMI :

«Comme premier ministre, je vais me donner la mission de forger des partenariats avec l’Ontario, avec Terre-Neuve, avec le Nouveau-Brunswick, avec les Nations autochtones. Mon objectif sera de faire exploser les exportations d’électricité en Ontario, en Nouvelle-Angleterre, à New York», a-t-il ajouté.

Ce projet, qui repose sur une bonne entente avec les autres provinces canadiennes, s’inscrit dans le plan de M. Legault pour démontrer que les caquistes sont des «nationalistes qui travaillent aussi à la prospérité de la nation québécoise à l’intérieur du Canada».

Il soutient être un héritier de Daniel Johnson père et de Jean Lesage, qui a travaillé avec René Lévesque et Jacques Parizeau pour nationaliser Hydro-Québec et créer la Caisse de dépôt.

Lire sur TVA Nouvelles