Marie Pâris / Voir :

«Quand on regarde le tracé d’Énergie Est et la carte des microbrasseries du Québec, on est tout de suite frappé de voir à quel point les deux se chevauchent. Beaucoup de brasseries prennent leur eau à même des cours d’eau. Énergie Est traverserait 860 d’entre eux au Québec seulement. En cas de rupture près d’une prise d’eau où une microbrasserie puise son eau, la production devrait s’arrêter instantanément. Pour nous qui avons choisi de nous impliquer dans la campagne, ce risque est intolérable.»

Tous les détails sur le site de la Fondation Coule pas chez nous

Pour William Garant, gérant du salon de dégustation de La Barberie, protester contre Énergie Est c’est aussi protéger l’eau potable. C’est en partant de ce constat que Oshlag, La Barberie, Le Griendel, Les Grands Bois, Ras L’Bock, MaBrasserie, Boswell, Brouhaha, Isle de Garde, La Succursale et Noire et Blanche ont lancé un partenariat avec la Fondation Coule pas chez Nous!. Dix autres microbrasseries ont ensuite rejoint le mouvement.

Lire sur le Voir

Énergie Est : une bière à saveur « militante » créée par des microbrasseurs québécois

ICI Radio-Canada :

Dans un partenariat sans précédent, plus d’une vingtaine de microbrasseries du Québec s’unissent pour produire la bière Coule pas chez nous. Cette bière dite « militante » a été conçue dans le but de dénoncer le projet d’oléoduc Énergie Est ainsi que pour souligner l’importance de préserver l’eau potable.

« Beaucoup de brasseries prennent leur eau à même des cours d’eau. Énergie Est traverserait 860 d’entre eux au Québec seulement. En cas de rupture près d’une prise d’eau où une microbrasserie puise son eau, la production devrait s’arrêter instantanément. Ce risque est intolérable », indique William Garant de la microbrasserie La Barberie, où la nouvelle bière a été lancée à Québec, mercredi.

Outre La Barberie, 13 autres lancements auront lieu dans différentes régions du Québec pour célébrer cette bière éphémère.

Issue d’un projet de deux ans, la bière IPA à 3,9 % d’alcool a été produite en collaboration avec la Fondation Coule pas chez nous. Le produit 100 % québécois sera offert tout le mois de mars dans les 21 microbrasseries participantes. Quelque 12 000 bouteilles seront également distribuées à travers la province chez plus de 200 détaillants.

Lire sur ICI Radio-Canada

Oléoduc Énergie Est: une bière pour sauver les rivières

(…)

Plusieurs microbrasseries québécoises s’approvisionnent en eau à même des cours d’eau du Québec pour brasser leur bière. «Énergie Est traverserait 860 ruisseaux au Québec seulement, explique le gérant du salon de dégustation de La Barberie, William Garant. En cas de rupture près d’une prise d’eau où une microbrasserie puise son eau, la production devrait s’arrêter instantanément.»

D’autant plus que le tracée du pipeline Énergie Est suit de drôlement près les microbrasseries québécoises, selon M. Garant. «Quand on regarde le tracé d’Énergie Est et la carte des microbrasseries du Québec, on est tout de suite frappé de voir à quel point les deux se chevauchent», ajoute-t-il.

Le cofondateur et brasseur de Ras L’Bock, l’une des brasseries instigatrices du projet, Alexandre Caron, voit plusieurs conséquences à l’oléoduc à l’échelle locale. «Le pipeline Énergie Est vient menacer notre industrie touristique, nos cours d’eau, notre paysage et surtout notre approvisionnement en eau pure, énumère-t-il. C’est notre ingrédient principal.»

«C’est 3800 jobs dans le secteur brassicole contre 38 emplois en 40 ans pour Énergie Est, compare Anne-Céline Guyon. On nous parle toujours des soi-disant impacts économiques positifs, mais jamais des négatifs sur plusieurs secteurs économiques dont les microbrasseries. Or, c’est certain qu’il y en aura.»

Lire sur le Journal Métro

Bières et plaisirs : Des microbrasseurs s’unissent contre le projet d’oléoduc Énergie Est

ICI Radio-Canada : 21 microbrasseries, dont deux de l’Est, lancent une bière en opposition à Énergie Est

Le Soleil : Une bière contre les… pipelines?

National Observer : Quebec microbreweries say Energy East pipeline threatens beer and jobs