Marie-Eve Shaffer / Journal Métro :

L’étalement urbain n’a cessé de s’aggraver à Montréal depuis les années 1990, devenant du même coup «hors de contrôle», avancent des chercheurs de l’Université Concordia. Selon eux, il est urgent d’imposer des mesures de contrôle. «Nous devons densifier les quartiers et mieux utiliser nos espaces», insiste la chercheuse Naghmeh Nazarnia, tout le long de l’entrevue accordée à Métro. Dans son étude, dont les résultats ont été publiés plus tôt cette année dans le journal scientifique Ecological Indicators, elle rapporte que jusqu’à la fin des années 1980, l’étalement urbain, aussi bien sur l’île de Montréal que dans l’ensemble de la région métropolitaine, était nul, sinon très peu élevé. «[Après cela], l’étalement urbain est devenu hors de contrôle et du même coup, un sérieux problème», écrit-elle dans le rapport de sa recherche. Le phénomène a augmenté discrètement dans les années 1980, et de façon galopante dans les années 1990 et 2000.

Lire sur le Journal Métro