Communiqué du BAPE : Projet de ligne d’interconnexion Québec-New Hampshire – Le rapport du BAPE est maintenant public
Rapport du BAPE : Projet de ligne d’interconnexion Québec–New Hampshire
Communiqué des groupes : Le gouvernement doit retourner Hydro-Québec à sa planche à dessin

Ligne Québec — New Hampshire: Hydro-Québec devra refaire ses devoirs, conclut le BAPE

Alexander Shields / Le Devoir :

Hydro-Québec n’a pas tenu compte des impacts de son projet de ligne d’exportation vers le New Hampshire sur un des rares territoires protégés de l’Estrie. La société d’État devrait donc refaire ses devoirs, mais aussi valider la rentabilité de son projet de 600 millions de dollars avant d’aller de l’avant, conclut le rapport produit par le BAPE et rendu public jeudi.

Après avoir analysé cet important projet d’exportation d’électricité vers les États de la Nouvelle-Angleterre, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) se montre particulièrement critique de la décision sans appel d’Hydro-Québec de traverser en plein coeur d’un massif forestier pourtant dûment protégé.

Ce secteur de la forêt Hereford est situé au sud-est de Sherbrooke, tout près de la frontière américaine. Il couvre une superficie de 53 km2, y compris le mont Hereford. Il a été légué par son ancien propriétaire dans le but d’en préserver la richesse écologique « pour les générations futures ».

Lire sur Le Devoir

Interconnexion Québec-New Hampshire : le BAPE invite Hydro-Québec à bonifier son projet

Hydro-Québec devrait revoir son projet de ligne de transmission électrique vers le New Hampshire pour en limiter les impacts environnementaux et valider sa rentabilité financière, suggère le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Le projet d’interconnexion Québec-New Hampshire prévoit la construction d’une ligne sur une distance de 79,2 kilomètres et des investissements de 125 millions de dollars.

Le BAPE a dévoilé son rapport sur le sujet, jeudi. L’organisme estime que les revenus issus de la vente d’électricité en sol américain pourraient fluctuer en raison de plusieurs facteurs.

« Au regard des incertitudes soulevées, avant la réalisation du projet, Hydro-Québec devrait en valider la rentabilité économique, en considérant l’ensemble de ses coûts », écrivent la présidente de la commission d’enquête, Marie-Hélène Gauthier, et la commissaire Ursula Fleury-Larouche.

Forêt Hereford

Le tracé privilégié par la société d’État traverserait la Forêt communautaire Hereford, un territoire protégé. La future ligne de transmission fragmenterait encore davantage le secteur qui fait l’objet d’une servitude de conservation forestière, selon le BAPE. Le Bureau juge que les discussions entre les parties doivent se poursuivre « afin de limiter le plus possible les impacts de son projet sur ce territoire. »

Lire sur ICI Radio-Canada

Le BAPE suggère de revoir l’option d’enfouissement des fils

Vincent Cliche / Le Progrès de Coaticook :

(…) Le BAPE reconnaît que l’ouverture d’un nouveau corridor de ligne de transport d’énergie accentuerait significativement la fragmentation de Forêt Hereford, un territoire faisant l’objet d’une servitude de conservation.

«L’enfouissement permettrait notamment d’éviter le territoire de la Forêt communautaire Hereford. Ce choix entraînerait un surcoût d’environ 11 % du coût total du projet qui doit être relativisé au regard d’une meilleure intégration au milieu d’accueil et en tenant compte de la potentielle multiplication des lignes d’interconnexion sur un territoire du sud du Québec», peut-on lire à l’intérieur du document.

L’implantation de telles structures pourraient également mener à la propagation d’espèces floristiques exotiques envahissantes. Le BAPE est d’avis qu’Hydro-Québec devrait mettre en place des mesures supplémentaires pour appuyer les propriétaires des terrains qui seraient traversés par la ligne dans leurs efforts de maîtrise d’éradication des espèces végétales indésirables.

Lire sur Le Progrès de Coaticook

Ajout :

Une recommandation «très intéressante», juge Forêt Hereford

Vincent Cliche / Le Progrès de Coaticook :

ENVIRONNEMENT. L’organisme Forêt Hereford juge très intéressante la recommandation du BAPE de revoir avec plus d’attention l’option d’enfouir les fils.

La porte-parole Sylvie Harvey accueille positivement le rapport. «Lors des audiences du BAPE, enfouir les fils n’a pas été discuté très longuement. On est heureux d’apprendre qu’on aura peut-être un peu plus d’informations.»

Bien évidemment, Mme Harvey sait que le BAPE n’a qu’un pouvoir de recommandation. «On poursuivra notre travail avec Hydro-Québec. Au bout du compte, on essaie de protéger le territoire du mieux qu’on peut et respecter la servitude de conservation. Il n’est pas question non plus d’envoyer le problème chez le voisin», conclut-elle.

Des coûts trop élevés, souligne Hydro-Québec

Enfouir les fils dans la partie sud du projet d’Interconnexion Québec – New Hampshire coûterait environ 70 millions de dollars de plus, selon Hydro-Québec. «Et on ne parle ici que de 15 kilomètres, sur un tracé total de 80 kilomètres, précise la conseillère stratégique aux communications d’entreprise chez la société d’État, Lynn St-Laurent. Ce sont des coûts nettement plus élevés.»

Lire sur Le Progrès de Coaticook