David Penven / TC Media :

Le député Alain Therrien prévoit que le Québec se transformera en «bar ouvert» pour les entreprises gazières et pétrolières. Selon le représentant de Sanguinet, faute de règles précises, la loi 106 sur les hydrocarbures permettra aux compagnies d’effectuer l’exploitation du sous-sol là où elle le désire.

«Il n’y a rien qui empêche la fracturation hydraulique à La Prairie. Les compagnies savent qu’il y a du gaz de schiste sur la Rive-Sud», affirme le député.

Selon le quotidien Le Devoir, La Prairie fait partie d’un ensemble de municipalités de la Rive-Sud, dont Châteauguay, qui sont visées par un permis d’exploration accordée avant que la loi 106 ne soit adoptée le 9 décembre. Elles ne sont pas comprises dans les zones d’exclusion définies par la nouvelle législation.

«Nous avons demandé un moratoire concernant les basses-terres du Saint-Laurent et l’interdiction de la fracturation hydraulique. Le gouvernement a refusé. On fait une loi sur les hydrocarbures pour baliser la production, mais il n’y a pas de basiles! C’est l’équivalant de signer un chèque en blanc», dénonce Alain Therrien.

Le député a été mandaté par son parti pour étudier la loi 106 avant son adoption.

Lire sur Le Reflet