L’Express :

Plus de 200 citoyens et militants ont profité de la visite du ministre Pierre Arcand, vendredi midi, à l’Hôtel Times, pour venir lui signifier leur opposition au projet de loi 106, qui encadrera l’industrie des hydrocarbures advenant son adoption prochaine.

Invité par la Chambre de commerce et d’Industrie de Drummondville, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles venait livrer un plaidoyer en faveur du Plan Nord. Interrogé sur l’étendue du pouvoir que laisserait l’éventuelle loi 106 aux gazières, le ministre a vivement défendu la transition nécessaire que doit prendre la société avant de pouvoir se passer des hydrocarbures. (…)

«Accepter l’exploitation des hydrocarbures, c’est accepter de faire usage de techniques non conventionnelles, comme la fracturation hydraulique, qui sont dramatiquement dangereuses pour nos sources d’eau et qui entrainent des conséquences sur la santé publique. C’est ça que les gens refusent. Les Québécois, on n’est pas contre les hydrocarbures mais quand on apprend comment ça se fait, là, ils disent non», a expliqué le juriste très impliqué Richard E. Langelier, en marge de la conférence de presse tenue par les organisateurs de la manifestation.

Celui-ci insiste sur la permissivité qu’entrainera le PL106. «Le projet de loi efface tous les droits acquis sur le sous-sol d’au moins 65 000 propriétaires québécois qui n’ont même pas été mis au courant de cette expropriation déguisée et sans compensation.»

Ce dernier reproche au ministre Arcand d’y aller avec des demi-vérités, surtout lorsqu’il affirme avoir entendu les municipalités et avoir proposé des amendements récemment au PL106. Les élus municipaux n’auront pas le choix de respecter les droits acquis de ceux qui détiennent une licence d’exploitation.

Or, les licences accordées en ce moment s’étendent sur 56 000 kilomètres carrés, selon le biophysicien Marc Brullemans.

Lire sur L’Express

Le ministre Arcand accueilli par des manifestants à Drummondville

ICI Radio-Canada :

(…) Ils craignent que ce projet de loi donne trop de pouvoir aux entreprises pétrolières et gazières, notamment celui d’exproprier des fermiers.

Des représentants de la société civile, dont des élus et des juristes, ainsi que des membres d’organismes comme la Coalition Eau Secours sont venus livrer un message au ministre québécois de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, de passage pour donner une conférence devant des gens d’affaires.

Lire sur ICI Radio-Canada

Le ministre Arcand était attendu de pied ferme (Vidéo)

Jonathan Roberge / TVA Nouvelles :

(…) Selon les manifestants, le gouvernement ouvre trop grande la porte à l’industrie pétrolière. «Ils ont le droit de forer et d’exproprier. Ils ont des droits que les autres n’ont pas», a affirmé Marc Brullemans, coordonnateur d’un groupe citoyen. (…)

«Les résidents qui habitent tout près d’un forage gazier ou pétrolier se retrouvent avec des eaux polluées et des problèmes de santé de plus en plus nombreux», a expliqué le juriste et sociologue Richard E. Langelier.

Voir sur TVA Nouvelles