Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement fédéral juge que l’Office national de l’énergie (ONE) doit évaluer les impacts de la hausse du trafic pétrolier maritime qui découlera de la construction du pipeline Énergie Est, de TransCanada. Un avis que ne partage pas la pétrolière Irving, qui souhaiterait construire le port d’exportation pour ce pétrole des sables bitumineux.

Ressources naturelles Canada a fait parvenir une lettre de commentaires à l’ONE, en réponse à la décision de l’organisme de revoir les enjeux qui seront abordés dans le cadre de l’évaluation du pipeline Énergie Est. Cette lettre fait d’ailleurs partie de quelque 800 commentaires reçus par l’ONE au cours des dernières semaines.

Selon ce qu’on peut lire dans le document de Ressources naturelles Canada, le gouvernement fédéral « appuie l’inclusion des effets environnementaux » du transport maritime de pétrole brut qui découlera du projet de pipeline. La lettre précise ainsi que cet élément « fait partie intégrante du projet » de TransCanada.

Lire sur Le Devoir

Le Soleil : La grande bataille du pipeline

Le Devoir : Je me désinvestis de vous

TVA Nouvelles : La construction de l’oléoduc Trans Mountain toujours prévue pour l’automne

Radio-Canada : Tensions ou non, l’Alberta devrait continuer de fournir du pétrole à la Colombie-Britannique