AP :

L’ONU a adopté mercredi une déclaration visant à lutter contre l’augmentation des infections résistantes aux médicaments antimicrobiens qui, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), menacent de tuer des millions de personnes et de perturber les économies dans le monde, tel « un tsunami au ralenti ». La résistance aux antimicrobiens est le résultat de l’usage répandu d’antibiotiques en agriculture intensive, afin de prévenir les coûteuses épidémies chez les animaux d’élevage, mais aussi du mauvais usage – voire de la surutilisation – des antibiotiques chez l’humain. Plusieurs antibiotiques sont prescrits par certains médecins pour soulager des symptômes du rhume et de la grippe, malgré leur inefficacité connue contre les virus. La déclaration des Nations unies reconnaît l’ampleur du problème et encourage les pays membres à élaborer des stratégies afin de réduire l’utilisation des antimicrobiens, faire un meilleur usage des vaccins et financer le développement de nouveaux médicaments.

La résistance aux antimicrobiens faucherait chaque année la vie de 700 000 personnes dans le monde – un bilan qui devrait s’accroître à un rythme exponentiel.

Lire sur ICI Radio-Canada