Christelle Guibert / Ouest-France :

Le pétrole issu des sables bitumineux est beaucoup plus polluant qu’un carburant conventionnel. Qu’importe, l’Union européenne a revu à la baisse sa classification. C’est tout bon pour le Canada.

Les sables bitumineux sont l’énergie fossile la plus nocive pour l’environnement. Le mélange, qui affleure à la surface, est cent fois plus visqueux et dense que du pétrole conventionnel. Pourtant, depuis décembre 2014, les sables bitumineux de l’Alberta, où se trouve le principal gisement canadien, ne sont plus classés comme particulièrement polluants par l’Union européenne…

La négociation sur le traité Ceta de libre-échange entre l’Europe et le Canada est passée par là. Le pétrole sale a tout bonnement changé d’étiquette.

Tout débute en 2009. Les décideurs de l’Union europénne sont alors d’accord pour réduire de 6% (avant 2020) les émissions de gaz à effet de serre des transports. Logiquement, en 2011, pour limiter la consommation des sables bitumineux, la Commission leur attribue une valeur carbone cinq fois plus élevée que pour un pétrole conventionnel. La commission se base pour cela sur une étude de l’Université américaine de Stanford: l’exploitation des sables entraîne 23% d’émissions supplémentaires de CO2.

Lire sur Ouest-France