Longueuil, le 7 avril 2016 — L’Union des producteurs agricoles (UPA) accueille positivement la nouvelle Politique énergétique 2030 intitulée « L’énergie des Québécois – Source de croissance ». Dévoilée aujourd’hui à Montréal par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN), Pierre Arcand, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, et le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, cette nouvelle politique fait suite à une vaste consultation menée en 2015, à laquelle l’Union a participé.

Sous l’égide d’une seule administration coordonnant l’ensemble des services et des programmes offerts, la nouvelle politique gouvernementale encouragera les comportements écoénergétiques, notamment dans le choix et l’utilisation de la machinerie agricole, ainsi que dans la réduction du recours à des génératrices au carburant diesel ou à l’essence.

La nouvelle politique prévoit aussi une modernisation du processus d’autorisation des projets, avec une coordination étroite entre la Régie de l’énergie, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, la Commission de protection du territoire agricole et toute autre instance d’État concernée. L’Union salue cette mesure et demande qu’elle soit mise en œuvre dans le respect intégral de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles.

Pour en arriver aux résultats souhaités, le gouvernement du Québec fera en sorte de mieux desservir les régions rurales en électricité triphasée, d’assurer un accès à des technologies écoefficientes et à des formes d’énergie plus propre pour remplacer les produits pétroliers, d’évaluer et de soutenir des projets locaux de démonstration de biométhanisation des matières résiduelles agroalimentaires. Le gouvernement a aussi annoncé un soutien spécifique aux serriculteurs, ces derniers ayant des besoins énergétiques particuliers.

« Les actions à venir devraient permettre aux producteurs agricoles et forestiers d’être encore plus performants en termes d’efficacité énergétique, d’améliorer leur rentabilité vis-à-vis des dépenses en énergie, et diminuer leur empreinte environnementale. L’Union est prête à collaborer activement avec le MERN de façon à favoriser leur efficacité et leur accessibilité », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.