Karl Rettino-Parazelli / Le Devoir :

Deux des plus importants investisseurs institutionnels du Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ, sont sur le point d’investir 20 millions de dollars dans la controversée entreprise Pangea, a appris Le Devoir. Furieuse, l’Union des producteurs agricoles (UPA) est abasourdie de voir que « l’argent des Québécois » va permettre d’appuyer un joueur qu’elle critique depuis des années.

Pangea, cette entreprise active dans le milieu agricole québécois depuis 2012, annoncera ce vendredi que la Caisse et le Fonds de solidarité investiront chacun 10 millions de dollars dans le cadre d’une ronde de financement de 50 millions. Les 30 millions restants proviendront de partenaires privés.

Grâce à cet investissement, la société compte notamment conclure deux nouveaux partenariats avec des agriculteurs : l’un à Montmagny, près de Québec, et l’autre à Saint-Rosaire, à proximité de Victoriaville. L’entreprise compte actuellement six projets au Québec, dont trois dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et un dans le sud-est de l’Ontario.

Modèle critiqué
« C’est inacceptable que l’argent des Québécois serve à concurrencer les agriculteurs du Québec, s’insurge le président de l’UPA, Marcel Groleau. Le message que ça envoie, c’est qu’on se fout du modèle agricole familial. »

Les critiques de l’UPA concernent le modèle d’affaires de Pangea. Cette entreprise procède toujours de la même façon : elle achète des terres et s’associe à des agriculteurs locaux pour créer une société de production agricole.

Lire sur Le Devoir

Le Devoir : Québec se dit impuissant

Le Huffington Post Québec : La Caisse de dépôt crée un fonds de 125 M$ pour le secteur agroalimentaire

La Terre de chez nous : La Caisse défend son investissement dans Pangea

Le Courrier du Sud : Un modèle qui est en train de détruire la relève agricole