Geneviève Gélinas / Collaboration spéciale, Le Soleil :

(Gaspé) La firme Suspendem, de Gaspé, exporte son expertise en maintenance d’éoliennes jusqu’au Brésil. Elle n’est pas la seule entreprise gaspésienne de ce secteur à déborder des frontières de la péninsule pour rayonner ailleurs au Québec, au Canada et à l’international.

Le siège social de Suspendem est situé dans le centre communautaire du village de Douglastown, près de Gaspé. De là, elle supervise des bureaux à London en Ontario et depuis peu, à Sao Paulo et à Natal, au Brésil. «En 2015, on a participé à une mission au Brésil. J’ai sondé le marché, j’ai compris qu’il y avait un grand besoin dans le domaine opération et maintenance», dit le directeur général de Suspendem, Bill Talbot.

Le Brésil compte 10 740 mégawatts (MW) de puissance éolienne, presque autant que les 12 000 MW canadiens. Fin 2019, cette puissance devrait avoir grimpé à près de 18 000 MW. «Le potentiel de croissance est au moins aussi important qu’au Canada», juge M. Talbot.

Suspendem a déniché un partenaire brésilien, embauché quatre techniciens et a commencé ses activités au début de 2017. «Actuellement, 5 % à 10 % de nos activités sont au Brésil. Mais dans cinq ans, on aimerait avoir une équipe comme celle du Canada, soit une quarantaine de personnes», indique M. Talbot.

Lire sur Le Soleil