Catherine Bouchard / Le Journal de Québec :

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a défendu bec et ongles lundi la nécessité d’un troisième lien entre les deux rives pour soulager la congestion.

levis_troisieme-lien_gille-lehouillier_jelly-beans_pf

Il était panéliste lors d’un dîner-conférence du Réseau Immobilier Québec-Lévis, en compagnie de Steve Gilbert, évaluateur agréé chez Gilbert, Deschêne et Associés et Jean-Pierre Lessard, associé chez Aviscéo, une firme de services-conseils en stratégie et économie.

Invité à débattre du transport urbain à long terme, le maire de Lévis a été piqué au vif lorsque M. Lessard a remis en doute la nécessité d’un troisième lien en le comparant avec des «jelly beans».

«Si je demande à mes enfants s’ils veulent des jelly beans, ils en veulent. Si je leur dis qu’ils doivent payer ou travailler pour en avoir, là, ils n’en veulent plus, image M. Lessard. Il faudrait peut-être poser les questions à savoir si les utilisateurs sont prêts à payer pour l’utiliser.» (…)

Pour sa part, M. Gilbert a évoqué plusieurs solutions remettant en doute la nécessité d’un troisième lien, telles que les changements d’horaire dans diverses entreprises et à la fonction publique, ainsi que la technologie à venir dans les transports. «Ma crainte est que, dans 25 ou 30 ans, nous en ayons beaucoup moins besoin. Il ne faut pas prendre une décision prématurée», a-t-il fait valoir. M. Lehouillier a convenu qu’il ne fallait pas prendre de décision trop rapidement, mais «qu’il faut continuer de travailler et regarder les scénarios», évoquant notamment le service rapide par bus (SRB).

Lire sur Le Journal de Québec

Troisième lien: Lehouillier s’en prend aux «calculs réducteurs» d’un économiste

(Québec) «Faut pas croire au développement de sa région pour dire des choses comme ça», a lancé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, à l’économiste Jean-Pierre Lessard, alors que celui-ci s’interrogeait sur le coût d’un troisième lien routier entre les deux rives.

En conférence sur le thème du transport urbain au deuxième Colloque Réseau Immobilier, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a interrompu un des conférenciers qui l’accompagnaient sur scène pour s’en prendre à ses «calculs réducteurs» et à son «manque d’objectivité».

«Mes enfants, ils en veulent tout le temps, des jelly beans. Mais si je leur demande de payer pour, ils n’en veulent plus», a illustré Jean-Pierre Lessard, économiste chez Aviseo Conseil, en faisant référence au projet de troisième lien.

M. Lessard a ensuite demandé aux sondeurs et aux décideurs de poser des questions cohérentes à la population. Par exemple, si les gens sont prêts à payer 16 $ par voiture ou 64 $ par camion pour un passage dans un tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis.

Ou si les citoyens sont prêts à subir une augmentation des taxes foncières de 20 % pendant 25 ans. «C’est l’équivalent d’un amphithéâtre de Québec à chaque année», a averti M. Lessard.

Lire sur Le Soleil

Le maire de Lévis parle de transport à Québec

Érick Deschênes / Le Journal de Lévis :

C’est devant plus de 200 personnes issues du milieu immobilier que Gilles Lehouillier, maire de Lévis, a pris part aujourd’hui à titre de panéliste au dîner-conférence du Colloque annuel du Réseau immobilier Québec Lévis avec Steve Gilbert, président de Gilbert, Deschênes et associés évaluateurs-conseils, et Jean-Pierre Lessard, associé chez Aviseo Conseil. Par voie de communiqué, le maire Lehouillier a résumé son point de vue et sa vision qu’il a partagés lors de l’activité qui avait pour thème «Le transport, vecteur de développement».

«Afin de poursuivre sa croissance et de conserver son attractivité, la Ville de Lévis a planifié une stratégie à trois volets. Premièrement, elle a demandé au ministère des Transports de mettre sur pied une cellule d’interventions prioritaires incluant dix travaux routiers à réaliser à très court terme sur son territoire. Simultanément, la Ville travaille à l’amélioration du transport en commun, entre autres avec le projet de service rapide par bus. Enfin, elle travaille également sur le projet de troisième lien entre Lévis et Québec», a expliqué le maire Lehouillier dans un communiqué transmis aux médias en fin d’après-midi.

Il a notamment rappelé que la Ville de Lévis demandait la réalisation de 10 projets à court terme «pour optimiser le réseau routier actuel et en améliorer la fluidité», dont notamment la construction du viaduc de Saint-Rédempteur et l’élargissement de l’autoroute 20 dans les deux directions des ponts jusqu’à la sortie Lévis centre-ville.

Améliorer le transport en commun

De plus, avant de souligner que son administration et la Société de transport de Lévis avaient annoncé la réorganisation de la nouvelle desserte dans l’ouest de la Ville à l’automne 2015, le premier magistrat a livré un plaidoyer en faveur du projet de Service rapide par bus (SRB).

Lire sur le Journal de Lévis