ICI Radio-Canada :

Des dizaines de personnes se sont rassemblées au parc national d’Oka, près de Montréal, et à Toronto en solidarité avec la tribu sioux de Standing Rock, au Dakota, qui s’oppose à la construction d’un pipeline sur son territoire.

Les manifestants répondaient à l’appel de la nation mohawk de Kanesatake. Munis de banderoles, ils ont bloqué l’une des quatre voies de la route 344 pendant plusieurs heures.

Ça fait 500 ans qu’on lutte pour notre territoire et notre langue. Ça montre que le Canada et les États ne changent pas leur racisme institutionnel.
– Helen Gabriel, militante de la communauté de Kanesatake

Lire sur ICI Radio-Canada

Dakota Access : « un enjeu qui dépasse les frontières », croient des Saskatchewanais

ICI Radio-Canada :

Des Saskatchewanais se sont récemment rendus à la réserve sioux de Standing Rock, au Dakota du Nord, pour appuyer les manifestants opposés à la construction du pipeline Dakota Access, qui craignent une contamination de l’eau.

Lamarr Oksasikewiyin est enseignant à l’École Chief Little Pine, à l’ouest de North Battleford. L’homme de la Première Nation Sweetgrass s’est rendu au Dakota du Nord la semaine dernière pour constater de ses propres yeux ce qui se passait sur le campement des manifestants.

Les enjeux sont les mêmes des deux côtés de la frontière, a constaté Lamarr Oksasikewiyin. Les Autochtones veulent protéger leurs terres pour éviter des déversements pétroliers comme celui qui s’est déroulé dans la rivière Saskatchewan Nord cet été.

Nous sommes séparés par une frontière, qui n’a même pas été décidée par nous. L’eau ne connaît pas de frontières, de sorte que la protection de la terre est le même enjeu ici qu’à Standing Rock.
– Lamarr Oksasikewiyin

Lire sur ICI Radio-Canada