Martin Croteau / La Presse :

(Québec) Les entreprises ont boudé le dernier encan du marché du carbone, qui a rapporté cinq fois moins au gouvernement québécois que le précédent.

À peine le sixième des droits d’émission mis en vente aux enchères le 22 février ont trouvé preneur, révèlent les résultats publiés hier par les gouvernements du Québec et de Californie. Ce résultat est une « catastrophe » aux yeux de Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal.

« Pour que la lutte contre les changements climatiques fonctionne, il faut que le marché fonctionne, a résumé M. Pineau. Et c’est un signe de dysfonctionnement profond. »

Les produits de la vente aux enchères sont versés dans le Fonds vert, qui sert à financer des initiatives de lutte aux changements climatiques. La récolte de 29 millions annoncée hier est largement inférieure aux 157 millions recueillis lors du précédent encan en novembre.

Scepticisme

Selon Jean-Thomas Bernard, professeur à l’Université d’Ottawa spécialisé dans les questions énergétiques, les résultats du dernier encan traduisent le scepticisme des entreprises qui sont assujetties au marché.

« Il y a quand même beaucoup d’entreprises qui ne prennent pas ça au sérieux et qui se disent qu’à un moment donné, ça va s’écraser et que le gouvernement va redonner l’argent à ceux qui ont acheté des droits d’émission. »

Lire sur La Presse