Jeanne Corriveau / Le Devoir :

Avec un réseau de 68 stations, tout développement devra être ciblé, disent les experts

Inauguré le 14 octobre 1966, le métro de Montréal fêtera ses 50 ans vendredi. Considéré comme l’un des projets phares de l’ère Jean Drapeau, le métro a fait entrer Montréal dans la modernité et son succès ne s’est pas démenti depuis son entrée en service. Plusieurs prolongements lui ont permis d’étendre ses tentacules et de porter à 68 le nombre de ses stations. Mais après un demi-siècle d’existence, le métro de Montréal peut-il encore rêver d’expansion ?

Le 21 octobre 1961, Le Devoir titrait « Montréal aura le métro le plus moderne au monde ». La veille, le maire Jean Drapeau et son bras droit, Lucien Saulnier, avaient dévoilé l’ambitieux projet de métro souterrain sur pneumatiques qui devait être réalisé en quatre ans au coût de 150 millions de dollars. Les plans initiaux seront modifiés, mais tant le budget que l’échéancier seront respectés. Le métro changera le visage de Montréal.

Lire sur Le Devoir

Un maire, un visionnaire et un réseau

Isabelle Paré – Avec Paul Cauchon à la recherche photo :

Jeanne Mance en perdrait son chapelet si elle savait que l’influent Jean Drapeau a évincé son nom d’une des seules stations du réseau de métro qui commémoraient l’une des femmes les plus influentes de l’histoire de la métropole. La petite histoire veut que le maire à l’ego gonflé à bloc ait changé le nom de Jeanne-Mance pour celui de Place-des-Arts, qui rendait hommage à une de ses glorieuses réalisations. Mince consolation pour Jeanne Mance, la même médecine sera servie de façon posthume par le premier magistrat à la station Île-Sainte-Hélène.

Lire sur Le Devoir

Le Devoir : Découvrez cinq métros dans le monde

Le Devoir : Quiz : Connaissez-vous votre métro?

Le Devoir : Histoires de métro en images