Victor Piché / Journal Métro :

J’ai délibérément choisi le dernier rapport de la Banque Mondiale, non seulement parce que c’est le plus récent (mars 2018), mais parce que l’on ne peut certainement pas taxer la Banque Mondiale de gauchiste, d’extrémiste ou d’alarmiste.

Le rapport se concentre sur trois régions: l’Afrique sub-saharienne, l’Asie du Sud et l’Amérique latine. Ces trois régions représentent 55% de la population des pays en développement. Juste dans ces régions, les projections de la Banque Mondiale estiment à plus de 140 millions le nombre de personnes qui devront migrer pour des causes environnementales d’ici 2050: 86 millions en Afrique (surtout de l’Ouest et Centrale), 40 millions en Asie du Sud et 17 millions en Amérique Latine. Le rapport conclut également qu’après 2050, si rien n’est fait, les migrations climatiques vont s’accélérer.

Lire dans le Journal Métro

Lire le rapport de la Banque mondiale