Alexandre Shields / Le Devoir :

Les écologistes ont bloqué lundi un site de chargement de pétroliers de l’Est de Montréal

Des militants de Greenpeace ont bloqué lundi le site de transbordement du pétrole transporté par le pipeline 9B, situé dans l’Est de Montréal. Leur action, qui a duré une bonne partie de la journée, a paralysé les opérations de chargement des pétroliers utilisés par Valero pour alimenter sa raffinerie de Lévis, la plus importante du Québec.

Dans un coup d’éclat visiblement bien planifié, les militants ont investi très tôt lundi matin le site situé dans la partie est du Port de Montréal. Trois d’entre eux ont escaladé des tours utilisées pour le chargement des pétroliers qui font la navette entre Montréal et la raffinerie de Valero, à Lévis, brandissant une banderole sur laquelle on pouvait lire « Protégeons l’eau et le climat ».

D’autres manifestants se sont enchaînés au portail d’entrée du site afin d’en bloquer l’accès. Des écologistes en kayak se sont aussi rendus sur place en passant par le fleuve Saint-Laurent, s’arrêtant tout près du pétrolier Lysias, qui était amarré au quai de chargement.

Lire sur Le Devoir

«C’est une bombe à retardement ce tuyau-là»

Danielle Arsenault/ 98,5 fm :

«Ce matin, on est en train d’occuper le terminal pétrolier qui est la fin du pipeline de la ligne 9B d’Enbridge. On a des grimpeurs qui sont sur les deux tours de chargement utilisées pour charger les pétroliers. Nous, on est en kayaks sur l’eau entre deux pétroliers encrés. On avait aussi des femmes qui bloquaient l’accès au terminal pétrolier», a expliqué Michaël Rioux, militant écologiste de Greenpeace.

«Depuis un an, il y a eu 60 excavations qui ont été faites. On a des gens qui sont allés dans les excavations et il y a des soudures à grandeur. C’est une bombe à retardement ce tuyau-là qu’on a d’Enbridge. C’est ce qu’on vient dénoncer aujourd’hui. Et on vient lancer un message clair au gouvernement Trudeau que des pipelines des sables bitumineux, ça ne passera pas ni au Québec, ni ailleurs au Canada», avance le militant québécois.

Écouter sur le 98,5 fm

Des militants de Greenpeace s’enchaînent au Port de Montréal

Agence QMI avec TVA Nouvelles :

Sept militants de Greenpeace opposés aux projets de pipeline ont été arrêtés lundi à Montréal, après un coup d’éclat perpétré sur le site du terminal pétrolier de la Ligne 9b d’Enbridge, dans le Port de Montréal.

Ils seront accusés de méfaits, d’entrave et d’introduction par effraction, a précisé la police de Montréal.

Munis d’une bannière où il était inscrit «Stop Pipelines: Protégeons l’eau et le climat», des militants ont agi dans la foulée de l’approbation des pipelines de Kinder Morgan et de la Ligne 3 d’Enbridge par le gouvernement Trudeau la semaine dernière. Ils étaient également présents au lendemain de la victoire des militants qui ont réussi à empêcher la construction de l’oléoduc Dakota Access aux États-Unis.

«Le premier ministre Trudeau et les premiers ministres des provinces n’ont eu qu’un avant-goût de ce qu’il y aura comme opposition à travers le pays, de la part des Premières Nations, des communautés et des environnementalistes, s’ils veulent construire les pipelines de Kinder Morgan et d’Enbridge» , a mentionné Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie, dans un communiqué.

Lire sur TVA Nouvelles

Oléoducs: sept militants de Greenpeace arrêtés au port de Montréal

(…) Des manifestants se trouvaient également dans un parc à proximité du terminal pétrolier et d’autres y sont arrivés en kayak.

«Les activistes sont extrêmement préoccupés, avec raison, par les risques pour l’eau potable en cas de déversement du pétrole lourd des sables bitumineux», a dit un porte-parole de Greenpeace Canada, Patrick Bonin, qui se trouvait au port de Montréal.

Il soutient qu’il n’y pas de Plan B pour l’approvisionnement en eau de millions de personnes à Montréal en cas de déversement.

L’action entreprise lundi visait aussi à dénoncer l’approbation par le gouvernement de Justin Trudeau la semaine dernière de projets concernant l’oléoduc Trans Mountain, de Kinder Morgan, et la ligne 3 d’Enbridge dans l’ouest du pays.

«C’est l’expansion des sables bitumineux», a dit M. Bonin, qui a qualifié «d’incohérence sans nom» cette décision de la part d’un gouvernement qui se targue de lutter contre les changements climatiques.

Lire sur La Presse

Des militants de Greenpeace arrêtés au port de Montréal

Steve Caron / TC Media :

(…)  Les militants avaient également déployé une grande bannière sur laquelle on pouvait lire «Stop pipelines: Protégeons l’eau et le climat».

Après plusieurs heures de siège, les manifestants enchaînés dans les tours ont été délogés, en début d’après-midi vers 13h, par les pompiers du Groupe de sauvetage technique du Service incendie de Montréal et les policiers du Service de police de la Ville de Montréal.

Deux autres manifestants ont également bloqué la grille d’entrée du site.

Lire sur le Journal Métro