Guy Taillefer / Journaliste, Le Devoir :

La défense de l’environnement est l’un des grands combats de notre époque, mais il est peu relevé que beaucoup payent ce combat de leur vie. Dans une étude datant de 2014, l’ONG Global Witness a établi que 116 militants écologistes avaient été tués dans le monde cette année-là. Ils sont tués par la police dans des manifestations ou par des tueurs à gages, comme ce fut le cas de Mme Cáceres, assassinée début mars à quelques jours de son 45e anniversaire. Quelque 40 % des victimes, selon l’ONG britannique fondée en 1993, sont des autochtones et près des trois quarts des décès documentés se sont produits en Amérique centrale et en Amérique du Sud, dans des pays qui nous sont voisins et avec lesquels nos gouvernements et nos gens d’affaires ont des liens.

Lire sur Le Devoir