Isabelle Porter / Le Devoir :

La décision de la Ville de retirer des bancs publics au coeur du quartier Limoilou a été très mal reçue par des résidants du quartier, qui craignent des dérapages liés à la gentrification. Sitôt informée de leurs doléances, la conseillère du district a demandé mercredi qu’ils soient tous réinstallés. Jérémie Ratomposon, un jeune résidant du quartier, a été scandalisé de voir les bancs disparaître le long de l’avenue principale. « Ça s’est fait graduellement, mais il manque à peu près six bancs sur la 3e Avenue, explique ce père de famille. C’étaient des lieux de socialisation pour les personnes âgées. » Mardi, seulement 11 bancs publics subsistaient sur la 3e Avenue, entre la 4e et la 12e Rue, en plein coeur du Vieux-Limoilou. Selon M. Ratomposon, la force de Limoilou tient justement à sa « mixité sociale ». Pour sensibiliser les élus, il a décidé de tenir une « corvée de fabrication de bancs publics pour contrer l’exclusion ». « On ne veut pas que Limoilou devienne un quartier touristique où l’on exclut les gens plus pauvres », dit ce résidant d’origine malgache, qui s’est lui-même installé dans Limoilou il y a trois ans. Or la Ville de Québec a réagi avant la tenue de l’événement. Mardi, la conseillère du district, Suzanne Verreault, a annoncé que les bancs seraient remis à leur place.

Lire sur Le Devoir

Ajout :

Des bancs publics qui dérangent dans Limoilou

ICI Radio-Canada :

La décision de la Ville d’enlever les bancs n’a pas fait l’unanimité. Une citoyenne, Véronique Laflamme, considère qu’il s’agit d’une forme de « nettoyage » d’une population indésirable. Elle souligne que ces gens sont souvent âgés et à mobilité réduite et qu’ils n’ont aucun autre endroit pour se rencontrer. « Si on retire les bancs de l’espace public parce que des gens dérangent, c’est très inquiétant », insiste Véronique Laflamme. Mercredi matin, un banc avait déjà été réinstallé au coin de la 5e Rue. La conseillère Suzanne Verreault assure que les commerçants seront consultés pour tenter de trouver un terrain d’entente.

Lire sur ICI Radio-Canada

Discorde et confusion autour de bancs publics à Limoilou

Valérie Gaudreault / Le Soleil :

(Québec) La conseillère municipale de Limoilou, Suzanne Verreault, qualifie de «cas isolé» la ou les plaintes qui ont mené au retrait par l’arrondissement d’au moins deux bancs publics sur la 3e Avenue. Décision que s’est empressée de renverser l’élue qui ne croit pas à un échec de la mixité sociale sur cette artère en pleine croissance. «Si c’était plusieurs personnes qui m’en parlaient, mais là, je le prends encore comme un cas isolé», a dit Suzanne Verreault, aussi présidente de l’arrondissement de La Cité-Limoilou. Elle assure que c’est la première fois qu’elle entend «parler en mal d’une clientèle plus démunie» du quartier. N’empêche, l’élue s’est dite préoccupée par la décision d’un fonctionnaire municipal d’ordonner le retrait de bancs sur lesquels, dit-on, se regroupaient des personnes dérangeantes, parfois des itinérants qui invectivaient des passants.

Lire sur Le Soleil