Lise Gobeille / Le Devoir :

C’est une histoire d’amour qui a commencé par une rencontre dans un marché et qui a transformé la vie de François Martel, lui ouvrant la porte vers une nouvelle passion. Surnommé « Monsieur Tomates » par l’horticulteur Albert Mondor, il en cultive maintenant plus de 175 variétés, une diversité apparemment inégalée en Amérique du Nord. Énergique et d’une bonne humeur contagieuse, François Martel travaillait dans la lunetterie avant de rencontrer Johanne Robert, propriétaire d’un kiosque de fleurs. Inspiré par le secteur de la lunetterie où l’on offre une grande sélection de montures, il propose à sa douce de diversifier la gamme de tomates proposées aux jardiniers, afin de les amener à faire des découvertes.

Lire sur Le Devoir