Florence Sara G. Ferraris / Le Devoir :

Alors que les projets de piétonnisation se multiplient aux quatre coins de Montréal, la mère des rues piétonnes de la métropole, Sainte-Catherine Est, entame sa seconde décennie d’existence. L’heure est au bilan. Depuis dix ans, les choses ont bien changé dans le Village. « Montréal a changé, lance en riant Denis Brossard, le président de la Société de développement commercial du quartier. Mais c’est vrai que le secteur s’est transformé. La piétonnisation nous a permis d’atteindre des objectifs que nous ne pensions pas pouvoir réussir autrement. » Ce qui devait d’abord être un projet événementiel, mis sur pied en marge des Jeux gais qui se tenaient à Montréal en 2006, est rapidement devenu un élément phare du quartier. Des quelques jours de la première année, la fermeture de la rue à la circulation automobile a vite pris de l’ampleur, passant de six longues fins de semaine l’année suivante à un mois complet en 2008. Dix ans plus tard, l’artère commerciale est réservée aux piétons cinq mois par année, des premiers beaux jours de mai jusqu’aux dernières chaleurs de septembre.

Lire sur Le Devoir