AFP :

De minuscules particules de magnétite, probablement issues de la pollution atmosphérique, ont été retrouvées dans le cerveau, selon une nouvelle étude, qui estime que ces nanoparticules pourraient jouer un rôle dans le développement de maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer. « Ces résultats suggèrent que les nanoparticules de magnétite présentes dans l’environnement peuvent pénétrer dans le cerveau humain, où elles peuvent représenter un risque pour la santé », affirment les auteurs de cette étude, publiée lundi dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Il est encore trop tôt pour établir un lien de cause à effet avec la maladie d’Alzheimer, ont toutefois averti des experts extérieurs à l’étude.

Lire sur La Presse

Un lien entre la pollution atmosphérique et l’Alzheimer?

Une récente étude révèle que des particules de fer en lien avec la pollution industrielle ont pu être détectées dans le cerveau humain.  Le Courrier international rapporte les grandes lignes de cette enquête parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences. La magnétite(composée d’oxyde de fer) retrouvée dans le cerveau proviendrait surtout des résidus de la pollution atmosphérique. Surtout de l’activité industrielle nécessitant de la combustion de charbon(pour la production d’électricité notamment). La présence de particules d’oxyde de fer dans le cerveau est souvent associée au développement de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, les recherches à cet égard ne permettent pas encore d’établir un lien direct entre la présence de ces particules et l’Alzheimer.

Lire sur Le Journal de Montréal