Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) La densification fait entrer de l’argent dans les coffres de la Ville de Québec, mais elle en fait aussi sortir. Dans certaines rues de Sainte-Foy et de Sillery, la neige doit désormais être ramassée plutôt que soufflée sur les terrains, car les nouvelles constructions sont plus proches de la rue et moins bien pourvues en pelouse. Le chef de l’opposition, Paul Shoiry, dénonce les coûts supplémentaires et les effets sur l’environnement.

Le conseiller municipal de Saint-Louis-Sillery a amené le sujet la semaine dernière, lors de la consultation sur le projet de règlement élargissant l’obligation de présenter un plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) après toute démolition de maison en vue d’une reconstruction. «Il y a un coût à la densification si on fait de mauvais choix», a-t-il répété au Soleil qui demandait davantage de détails.

Exemples à l’appui, M. Shoiry a ainsi fait remarquer la forte «minéralisation» des devantures des terrains faisant place à deux, trois, même quatre logements, là où il y avait une résidence unifamiliale. Simplement dit, il y a plus d’asphalte, moins de pelouse.

Lire sur Le Soleil