La Presse canadienne :

Si la neige fondante annonce le retour du printemps, peu se doutent qu’elle contient un cocktail toxique de polluants qui sont alors relâchés dans l’environnement, a déterminé une équipe de scientifiques montréalais.

Les résultats des travaux de ces chercheurs de l’Université McGill et de l’École de technologie supérieure de Montréal ont été publiés dans la revue scientifique «Environmental Pollution».

Ils ont découvert que la neige agit comme une immense éponge qui absorbe les polluants atmosphériques provenant des gaz d’échappement des automobiles. Un problème particulièrement aigu en zone urbaine.

L’air semble d’abord «plus propre» après la chute de neige parce qu’elle emprisonne les particules fines de la pollution de l’air. Mais lorsque la neige fond, c’est une toute autre histoire, concluent-ils.

Lire sur Le Soleil

La Presse : L’air est moins pollué quand il neige, conclut une étude