Marie Vastel / Le Devoir :

Le Bloc québécois s’inquiète de voir Ottawa bonifier son soutien financier pour la centrale hydroélectrique terre-neuvienne de Muskrat Falls. Car déjà la première garantie de prêt octroyée il y a trois ans représentait, aux yeux des bloquistes et de Québec, une concurrence déloyale à Hydro-Québec. Le projet de Muskrat Falls devait coûter au départ 6,4 milliards de dollars — somme pour laquelle le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a obtenu une garantie de prêt du précédent gouvernement fédéral conservateur. Or, la facture a explosé depuis, pour atteindre 11,5 milliards de dollars selon la dernière évaluation de Nalcor, la société d’État chapeautant le projet.

« Comme Terre-Neuve n’a plus d’argent, elle demande à Ottawa d’accorder une nouvelle garantie d’emprunt. Et elle en a besoin rapidement. Le premier ministre [Justin] Trudeau n’a pas dit non, et pourtant c’est évident que le projet ne fera jamais ses frais. La garantie de prêt va se transformer en participation directe », a prédit la bloquiste Marilène Gill. La députée de Manicouagan espérait convaincre le président des Communes de tenir un débat d’urgence sur la question — puisque faute d’être un parti reconnu à la Chambre, le Bloc n’a pas droit à une journée d’opposition pour soulever l’enjeu. La réponse a été négative.

Lire sur Le Devoir

Projet hydroélectrique de Muskrat Falls: le Bloc voulait un débat d’urgence

La Presse Canadienne :

Le Bloc québécois a demandé mardi la tenue d’un débat d’urgence au Parlement sur l’implication d’Ottawa dans le dossier de la centrale hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador. Le président de la Chambre, Geoff Regan, a refusé d’accéder à cette demande, signalant qu’elle n’atteignait pas «les niveaux exigés par le règlement».

Une cinquantaine de manifestants occupent depuis samedi le site de la centrale, ce qui a forcé le promoteur Nalcor à évacuer environ 700 travailleurs. Les protestataires s’inquiètent de la contamination de cours d’eau au mercure méthylé, qui sera provoquée par l’inondation d’un bassin d’environ 41 kilomètres carrés. Le Bloc craint aussi l’impact que ce projet pourrait avoir sur le portefeuille des contribuables, dans l’éventualité où la province de Terre-Neuve-et-Labrador ne serait pas en mesure de rembourser des prêts à Ottawa. Le gouvernement fédéral a déjà avancé 6,4 milliards $ en garantie de prêts, mais les coûts continueront de grimper et pourraient atteindre 15 milliards $, selon certains calculs.

Lire sur La Presse