François Desjardins / Le Devoir :

Après Statoil et la Pétrolière impériale, Exxon change de cap
Les enjeux climatiques et la baisse des cours pétroliers ont déjà passablement embrouillé l’avenir des sables bitumineux, et ce n’est pas terminé, selon le Wall Street Journal, qui évoque l’annonce très prochaine d’un changement de cap chez ExxonMobil.
Deux mois après le retrait complet du géant norvégien Statoil, un article du quotidien new-yorkais fortement repris vendredi laisse entendre qu’ExxonMobil pourrait confirmer « dans la prochaine semaine » que 3,6 milliards de barils devant être extraits au cours des prochaines décennies resteront enfouis. Question de coûts et de rentabilité.

Si tel était le cas, le producteur américain viendrait allonger la liste des grands joueurs ayant décidé de modifier leurs plans.

Outre Statoil, qui a voulu « optimiser » des gisements situés ailleurs dans le monde — autre façon de décrire la recherche d’une meilleure rentabilité —, la Pétrolière impériale, détenue à 70 % par Exxon, a affirmé il y a deux semaines que la faiblesse des prix pose en effet problème. En raison de nouvelles règles américaines, la société compte retrancher 2,6 milliards de barils de ses « réserves prouvées », car l’admissibilité des réserves à cette catégorie doit désormais s’appuyer sur les prix passés plutôt que sur les prévisions. En 2015, Royal Dutch Shell a pris une radiation de valeur de 2 milliards $US liée à ses investissements dans la région.

Lire sur Le Devoir