François Desjardins / Le Devoir :

La valeur totale des obligations « vertes » qui pourraient être émises un peu partout au Canada en 2017-2018 tourne autour de 56 milliards, selon un groupe de recherche qui appelle Ottawa à s’impliquer davantage dans ce secteur précis de la finance climatique.

Le groupe ontarien Corporate Knights a analysé les émissions obligataires prévues cette année et a relevé, avec des données de la Banque Royale, tous les titres qui seraient susceptibles d’entrer dans cette catégorie grâce à leurs caractéristiques environnementales. Les résultats de l’étude ont été présentés lors du colloque annuel organisé par RBC sur ce sujet.

« Une partie de la transition énergétique est tributaire de la vitesse des flux financiers,a dit le chef de la direction du groupe, Toby Heaps. Alors, ce que nous faisons aujourd’hui, c’est un peu un appel à l’action au secteur financier et au gouvernement canadien. »

Une rareté

À l’heure actuelle, les émissions d’obligations vertes au Canada sont rares. L’an dernier, la valeur des nouvelles obligations s’est limitée à 1 milliard, comparativement à 80 milliards dans le reste du monde.

Le Québec, par exemple, a procédé à sa première émission (500 millions) au mois de février 2017. L’obligation de cinq ans, assortie d’un taux de rendement de 1,672 %, servira à financer les nouvelles voitures de métro Azur, des autobus hybrides et des programmes de rénovation des équipements et des infrastructures.

Lire sur Le Devoir