Agence Science-Presse :

Où sont les OGM dans notre assiette ? Les gènes modifiés se cachent-ils dans le tofu, dans les fraises géantes, dans les tomates ? En l’absence d’étiquetage, un grand nombre de personnes qui entretiennent des craintes à l’égard des OGM tentent de les éviter en se basant sur des informations trop souvent erronées qui circulent sur le web. Le Détecteur de rumeurs a fait le tri dans ces informations.

Sur la piste des OGM

Selon un sondage réalisé par Santé Canada en 2016, 78 % des Canadiens appuient l’étiquetage obligatoire des OGM et 62% préfèreraient acheter un aliment exempt d’OGM s’ils en avaient le choix.

Pour l’instant, l’industrie alimentaire canadienne est libre d’indiquer si ses produits contiennent des OGM ou non. Et cette situation risque de se prolonger puisque, la semaine dernière, les députés fédéraux se sont prononcés majoritairement contre le projet de loi C-291 qui visait à rendre obligatoire l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés.

En l’absence d’étiquetage, un grand nombre de personnes qui entretiennent des craintes à l’égard des OGM et qui veulent éviter d’en consommer se tournent vers des informations pas toujours crédibles qui circulent sur le web.

Le Détecteur de rumeurs a donc suivi la piste des aliments génétiquement modifiés qu’on peut retrouver dans les épiceries québécoises, à l’heure actuelle.

Lire sur Agence Science-Presse