Martine Chartrand, Béatrice Dupont-Fortin, Charlotte Lanneau et Eric Luckenuik, étudiants du programme court en communication scientifique offert à l’Université du Québec à Montréal / Agence Science-Presse :

Mais quel sujet peut bien justifier de nommer le pape François, Greenpeace, plus d’une centaine de prix Nobel et la β-carotène dans un seul blogue ? C’est le riz doré, cet organisme génétiquement modifié qui pourrait en aider plus d’un.

Un des défis humanitaires est de chercher une solution à la cécité causée par un manque de vitamine A dans les régions où la nourriture est à base de riz. Nous parlons de 250 millions de personnes à travers le monde qui souffrent de cette carence. Deux chercheurs suisses, les docteurs Potrykus et Beyer ont trouvé une solution : inventer un riz qui pourrait pallier ce manque.

Pour bien comprendre ce qu’ils ont fait, il faut d’abord comprendre que dans le riz, la coque entourant le grain est la partie qui contient la β-carotène. Celle-ci est à la source de la synthèse de la vitamine A dans le corps humain. Une fois la coque retirée, le grain de riz perd alors sa principale source de β-carotène. Le maïs, quant à lui, contient de la β-carotène dans son grain.

Les deux chercheurs ont donc, par manipulation génétique, donné cette capacité du maïs au riz. Le grain de riz devient donc enrichi en β-carotène. C’est le riz doré !

Contrairement à la majeure partie des OGM, les brevets du riz doré sont gérés par un organisme non gouvernemental nommé golden-rice.org. Ce qui signifie donc que les paysans n’ont aucuns frais supplémentaires à payer. Le riz doré est offert au même prix que le riz standard. De plus, les grains peuvent être ressemés.

Lire sur Agence Science-Presse